Crédits à court terme

  • Crédits de préfinancement

Ce sont des crédits mobilisables auprès de la banque de France. Ils ont pour objectif de couvrir le décalage de trésorerie dû à l’insuffisance des acomptes reçus par l’exportateur à la signature du contrat , ou pendant la fabrication pour couvrir les dépenses de fabrication.

  • Crédits de mobilisation de créances nées

Ces crédits permettent aux exportateurs qui ont accordé à leurs partenaires étrangers des délais de paiement inférieurs à 18 mois de mobiliser cette créance dès qu’elle prend naissance.
TFBank

Crédits de financement à moyen et long terme

  • Crédit fournisseur

Ce crédit permet au fournisseur, d’où son nom, d’escompter sa créance et d’encaisser, au moment de la livraison partielle ou totale de l’exportation, le montant des sommes qui lui sont dues par l’acheteur étranger. Pour bénéficier d’un crédit fournisseur, la créance doit être supérieure à 18 mois. Si elle est inférieure à 7 ans, il s’agit d’un crédit à moyen terme. Si elle est supérieure à 7 ans, il s’agit d’un financement à long terme. Le crédit fournisseur peut être garanti par la COFACE à hauteur de 90% pour la couverture du risque politique et de 85% pour la couverture du risque commercial.

  • Crédit acheteur

Le crédit acheteur est un financement directement consenti à l’acheteur étranger par une banque ou un pool bancaire, afin de permettre à l’importateur de payer comptant le fournisseur. Lorsqu’une exportation est financée par un crédit acheteur, deux contrats distincts et autonomes sont signés :

  • Le contrat commercial définit les obligations du vendeur et de l’acheteur et prévoit précisément les modalités du paiement du vendeur par l’acheteur
  • Le contrat de crédit permet aux banques de mettre à la disposition de l’acheteur, en temps utile et sous certaines conditions, les sommes qui lui sont dues.

La présence de ces deux contrats à pour corollaire l’existence de deux polices d’assurance. La police risque de fabrication assure, avec une quotité de 90%, le fournisseur au titre du contrat commercial contre l’interruption du fait de l’acheteur. La police risque de crédit assure, avec une quotité de 95%, les banques contre les manquements possibles de l’emprunteur à ses engagements de remboursement.

Autres modalités de financement

  • Crédits financiers

Les crédits financiers, souvent dénommés « crédits d’accompagnement» ou « crédits parallèles » sont exigés par les acheteurs pour compléter le financement des exportations, en particulier lorsqu’il s’agit d’usines clés en main. Les crédits financiers ont en général trois objectifs :

  • refinancer les acomptes qui représentent 15à 30% du montant du contrat
  • financer les fabrications et les dépenses locales qui atteignent dans certains cas plus de 50% de la valeur du contrat commercial
  • financer les dépenses étrangères en particulier lorsqu’elles sont supérieures à 10% des matériels et prestations.
  • Forfaitage / forfaiting

Le forfaitage, également dénommé rachat forfaitaire de créances, forfaiting ou escompte à forfait, consiste en l’achat par la banque de créances détenues sur un débiteur étranger. Cette modalité de financement présente pour l’exportateur plusieurs avantages : Allègement du bilan, transformation d’une vente à crédit en une vente au comptant, suppression de certaines tâches administratives associées à la gestion des créances).